Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Sid280, Salles Obscures 2

Ciné - Sale temps à l'hôtel El Royale (Drew Goddard - 2018) -12 ****

11 Novembre 2018 , Rédigé par Sid280 Publié dans #Séances Ciné

Sale temps a l hotel El Royale_FR

Sale temps a l hotel El Royale_FR

Thriller nocturne de Drew Goddard  avec Jeff Bridges, Cynthia Erivo, Dakota Johnson, Lewis Pullman, Cailee Spaeny, Chris Hemsworth, Jon Hamm

 

Etats-Unis-2h21

 

 

En 1969, quatre personnes arrivent à l'Hôtel El Royale dont l'intérieur se situe entre deux Etats et qui a perdu de sa réputation, très vite l'un des visiteurs découvrent que cet hôtel n'est pas comme les autres.

 

Deuxième réalisation du fameux scénariste Drew Goddard (Seul sur Mars), après l'horreur de La cabane dans les bois, il se lance dans le film noir est c'est une jolie réussite.

 

D'une durée de 2h20 qui fait peur, le réalisateur signe un brillant exercice de style qui fait que l'on ne s'ennuie jamais malgré sa longueur. Construit tout d'abord de petites vignettes présentant les origines des personnages, Goddard balade le spectateur en multipliant les flashbacks, la même scène montrée de différents points de vu tel le fameux Rashomon de Kurosawa, n'hésitant pas à tuer certains personnages que l'on pensait essentiel le tout dans une ambiance nocturne à souhait où frôle parfois le fantastique.

 

La construction se calme avec l'arrivée du personnage de Chris Hesworth ici à total contre emploi qui surprend et qui avait déjà tourné pour Goddard dans son précédent opus. Cette deuxième partie est l'heure des explications qui finira par un bain de sang prévisible mais vachement bien réglé que n'aurait pas renié un certain Tarantino qui a dû apprécié le film.

 

Un mot sur la troupe d'acteurs remarquable mené par un Jeff Bridges qui n'a jamais été au meilleur de sa forme après plusieurs métrages décevants et aussi les révélations, Cynthia Erivo et Lewis Pullman (fils de Bill).

 

Bref, entre le suspense Hitchcockien (on pense un peu à Norman Bates pour le gérant de l'hôtel), une intrigue à tiroir à mi-chemin entre Agatha Christie et le jeu Cluedo, une construction en Flashback se permettant même d'en introduire un en plein suspense, Sale temps à l'hôtel El Royale est un brillant exercice de style osé, culotté et réussi, on critique souvent les studios de ne prendre plus de risque, cela prouve le contraire ici même si le succès n'est pas forcément au rendez-vous, et on en redemande.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article