Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Sid280, Salles Obscures 2

Critique-King Kong (Peter Jackson-2005) ***** -10

9 Mai 2014 , Rédigé par Sid280 Publié dans #Flashbacks

Critique-King Kong (Peter Jackson-2005)  *****   -10

Aventures Fantastiques de Peter Jackson avec Naomi Watts, Adrian Brody, Jack Black, Colin Hanks, Jamie Bell, Thomas Kretschmann, Kyle Chandler, Andy Serkis

 

Etats-Unis/Nouvelle-Zelande-3h07-Version Longue-3h20 

 

Dans les années 30, Carl Denham un réalisateur sur le déclin décide de tenter sa dernière chance en allant tourner son dernier film sur une île qu'il pense perdue, mais sur place il découvre que l'iîle est peuplée d'animaux préhistoriques. Sa vedette Ann Darrow se fait enlever par un gorille monstrueux.

 

Cela fait maintenant plusieurs années que Peter Jackson voulait porter à l'écran une nouvelle version d'un de ses films de chevet, l'entreprise avait faillit aboutir à la fin des années 90, mais la sortie de trop de films de monstres comme le Godzilla d'Emmerich où Mon ami Joe avait fait capoter le projet. C'est bien évidemment avec le succès mondial de la trilogie de l'anneau que celui-ci a repris, bien que c'était risqué q'un cinéaste enchaîne sur un challenge de cette envergure avec un carton aussi retentissant,  il y réussit pleinement.

 

Estampillé l'un des films les plus chers en son temps, King Kong de Peter Jackson est une réussite monumentale et également un vibrant hommage à l'original devenu un classique. Les clins d'yeux ne manquent pas allant jusqu'à citer Fay Wray et la partition originale. Jackson également prend son temps (un peu plus d'une heure) pour nous présenter l'époque du film, un New York des années 30 magnifiquement reconstitué en synthèses qui navigue entre pauvreté, richesse et prohibition, la traversée du bateau est aussi très bien faîte et plutôt attachante jusqu'à l'arrivée sur l'île.

 

Là, Weta se déchaîne vraiment avec des séquences qui s'enchaînent sans aucun temps mort de plus en plus spectaculaire, de la poursuite sur la falaise, à l'attaque du ravin jusqu'au duel des insectes géants d'une noirceur rare (scène qu'avait voulu tourner Schoedsack et Cooper à l'époque) avec en vedette un Kong magistralement doublé par un Andy Serkis en pleine forme sans oublier son combat magistral contre les trois T-Rex..

 

Les acteurs ne sont pas en reste non plus, Naomi Watts excellente et émouvante est digne de succéder à Fay Wray, Adrien Brody est très bien, mais  surtout c'est un Jack Black étonnant campant un Carl Denham n'hésitant pas à sacrifier ses hommes pour préserver sa précieuse pellicule qui est la vraie vedette humaine du film.

 

Mais ce déluge n'est rien face à la dernière partie, avec la poursuite dans un New York enneigé et festif, Kong se permettant même de faire des galipettes sur la glace avant son funeste destin dans une des séquences les plus drôles et émouvantes du film, poursuite qui se termine au sommet du fameux Empire State Building, renvoyant loin derrière celle de l'original à laquelle il lui est pourtant rendu hommage.

 

Tout monumental soit-il, King Kong ne fut pas tout à fait le raz de marée espéré par Universal, certains voulant faire payer sans doute à Jackson le succès du Seigneur des Anneaux, d'autres trouvant l'introduction trop longues et certains effets ratés !

 

Qu'importe, près de dix plus tard King Kong n'a pas pris une ride est reste un éblouissant morceau de cinéma ainsi qu'un vibrant hommage au classique de 1933.

 

A noter qu'une version un peu plus longue est sortie pour le blu ray avec notamment, l'attaque de la créature du marais.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article