Critique-Vivre et laisser mourir (Guy Hamilton-1973) ****

Publié le 12 Février 2015

Vivre et laisser mourir

Vivre et laisser mourir

James Bond de Guy Hamilton avec Roger Moore, Yaphet Kotto, Jane Seymour, Julius W. Harris, Bernard Lee, Lois Maxwell, Clifton James

 

Grande-Bretagne-1h56

 

Plusieurs agents ayant été mystérieusement tués dans plusieurs villes du monde, James Bond commence une enquête pour savoir qui se cache derrière tout ça.

 

Après le passage raté de George Lazenby, on peut considérer que Vivre et laisser mourir est le premier changement d'acteur réussit dans la saga James Bond qui ouvre l'ère Roger Moore, une période qui a divisé les fans de la franchise dont ses détracteurs ont reproché l'humour du comédien et l'arrivée des gadgets.

 

Ce premier film est l'un des rares Bond, fait notable, qui contient le plus d'acteurs afro-américain dont le méchant et qui a quelques connotations fantastiques, l'univers du vaudou.

 

Autrement, Roger Moore y ajoute dès ce premier rôle sa touche personnelle qui tranche avec Sean Connery et qui n'est pas déplaisante dans des aventures un brin plus violente que précédemment, mais réussies.

 

On pourra noter quelques invraisemblances, en particulier l'évasion de Bond prisonnier d'une mare aux crocodiles et une course poursuite finale en hors bords qui n'est pas dénué d'humour avec un shérif digne de la série Shérif fais-mois peur (que l'on retrouvera d'ailleurs dans le film suivant).

 

Avec le tout premier rôle de la future femme médecin Jane Seymour, Vivre et laisser mourir, toujours réalisé par Guy Hamilton est plutôt donc un bon crû efficace et qui n'a pas trop vieillit. (A noter aussi que c'est l'un des rares Bond où n'apparaît pas du tout Q).

Rédigé par Sid280

Publié dans #Films-Saga Cultes, #James Bond

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dave 14/02/2015 23:52

Cela fait un bail que je ne l'ai pas vu. En toute honnêteté, à part la chanson titre de Paul McCartney (que j'adore), je ne me rappelle plus de grand chose.